Pirohé en Voyage
Pirohé en Voyage

Yukon 1

23 Août : L'employé du bac avait raison : il pleut. Dans l'après midi, la pluie se calme et nous allons au Visitor Center. Une visite en français de la ville démarre justement. La guide nous explique la ruée vers l'or dans cette région du Klondike : arrivée des chercheurs, leur installation, les problèmes rencontrés. Nous visitons la banque, la poste, le saloon tous bâtiments d'époque restaurés. Nous nous arrêtons devant le magasin de Madame Tremblay qui venait du Lac St Jean et a été la première femme à faire le voyage avec son mari jusqu'à Dawson City. Elle rendait des services aux chercheurs tels que couture, cuisine et ouvrit ensuite sa boutique. Les rues de la ville ne sont toujours pas goudronnées en raison du gel, mais quand il pleut attention où l'on met les pieds car le sol glisse énormément. Les rues principales ont des trottoirs en planches. Beaucoup de bars, restaurants et boutiques de souvenirs derrière les façades du 19ème siècle. C'est sympathique comme ambiance. Dans le magasin Harrington de 1900 se tient une exposition de photos anciennes sur Dawson City.

24 Août : La pluie est toujours présente. Nous en profitons pour faire la lessive et un peu de cuisine pour les jours à venir. Dans l'après midi, nous continuons la visite de la ville. Nous trouvons une boutique où de magnifiques photos d'aurores boréales et d'animaux sont exposées. C'est la propriétaire qui fait les prises de vues. Elle n'hésite par à se lever en pleine nuit pour surprendre les animaux même en plein hiver. Elle habite ici depuis plus de 20 ans et vient de Suisse. Nous discutons longuement de la vie quotidienne à Dawson. Elle aussi dit que le froid n'est pas un problème ; les difficultés proviennent du manque de service : il n'y a qu'un médecin et pour consulter un dentiste ou un autre spécialiste, il faut aller à Whitehorse à 545 km. Nous rentrons nous mettre au chaud car maintenant il fait froid.

25 Aout : La nuit a été froide et ce matin il fait 4° avec du vent mais le soleil brille. Nous allons visiter le Keno, bateau à aubes qui transportait autrefois sur la rivière Stewart les minerais d'argent, de plomb et de zinc des mines de Mayo ainsi que des passagers. Une énorme chaudière à bois faisait fonctionner le bateau. L'intérieur est assez spartiate et les cabines des passagers toutes petites. Des photos et des objets retracent la vie du bateau et du personnel ainsi que des bucherons qui approvisionnaient le bois nécessaire tout au long de la rivière. Nous montons ensuite au Midnight Dome à 884 m. C'est une montagne qui surplombe la ville et d'où l'on a une splendide vue sur la Klondike qui jette ses eaux claires dans celles boueuses du Yukon. On aperçoit aussi les montagnes de déblais rejetés par les dragues minières et qui ont modifié le paysage des forêts. De l'autre côté du Dome, les Monts Ogilvie sont moins visibles. Après le déjeuner, nous allons à Bonanza Creek voir la drague n° 4 qui est la plus grosse construite. La route suit le ruisseau Bonanza mais on le voit mal au milieu des énormes monceaux de gravier lavé par la drague. Celle-ci est un élévateur à godets avec une barge de flottaison, une chaine de godets en acier pour racler les graviers et les déposer dans la cuve. La cuve est utilisée pour laver les cailloux et récupérer l'or. Le transporteur rejette les graviers à l'arrière de la barge. Comme il n'y a pas de visite en français aujourd'hui, nous reprenons la route en direction de Whitehorse. Nous nous arrêtons à Steward Crossing pour la nuit. Pendant le repas, des écureuils et des grouses viennent manger devant le camping car. Et extraordinaire, une grouse qui picorait est chassée par un écureuil qui l'oblige à s'envoler. Interdit de manger sur mon territoire !

26 Août : Nous reprenons la route qui est assez monotone. Nous parcourons un tronçon de la Silver Trail lorsque nous rencontrons des français qui ont couché à Mayo. Ils nous indiquent que la route est en gros travaux et qu'il est impossible de voir des animaux dans ces conditions. Nous faisons donc demi-tour mais n'en verrons pas plus sur la Klondike Hwy. Nous traversons la rivière Steward, puis la rivière Pelly avant de retrouver le Yukon. Arrêt aux Rapides Fing Fingers qui donnaient bien du mal aux bateaux qui naviguaient sur le Yukon. Un système de câbles ancrés sur les rives permettait de diriger le bateau. Après Carmacks, nous traversons une grande zone marécageuse qui fait partie de la rivière Nordenskiold. D'après le guide, il y a beaucoup d'oiseaux et d'insectes mais pour observer il faudrait pouvoir aller plus près de l'eau et nul part c'était possible. Nous verrons quand même des canards. Nous retrouvons Whitehorse et le Yukon.

27 Août : Nous profitons de la bonne connexion du Mac Do pour mettre le site à jour avec les photos triées. L'après-midi, nous nous rendons à la passe migratoire des saumons. Elle permet aux poissons de contourner le barrage construit sur le Yukon et d'atteindre les frayères en amont durant juillet et août. Des passerelles construites au-dessus de la passe sont destinées aux visiteurs. Dans le Centre d'Interprétation, au travers des hublots on voit passer les poissons. Chaque spécimen est répertorié en fonction de sa variété, de son age, son sexe, son état et s'il vient de l'écloserie. En effet, quelques saumons sont prélevés pour servir de reproducteur. Les alevins obtenus seront déposés dans les frayères naturelles des affluents du cours supérieur du Yukon. Ils seront marqués en coupant la nageoire adipeuse du dos et en leur insérant dans le museau une étiquette microscopique renfermant un code informatique qui permet de les reconnaitre s'ils empruntent par la passe. L'écloserie sert aussi pour l'omble chevalier, le touloudi et le kokani, autres variétés de saumons. Nous allons voir de prés le barrage et suivons le fleuve pour une promenade.

28 Août : Le temps est toujours très beau. Nous continuons à trier les photos, faisons un tour dans la ville, quelques provisions. L'après midi nous ferons une promenade sur la Piste du Millénaire.

29 Août : Nous visitons avant de partir le SS Klondike. C'est un bateau à vapeur dont la route à aubes est située à l'arrière. Il fait 73 m de long, transporte 300 tonnes de marchandises, son tirant d'eau n'est que de 1 m et il n'a pas de quille. Outre les marchandises, il y avait aussi des passagers de 1ère et 2ème classe. Le prix du billet en 2ème classe était de 25 $ alors qu'un travailleur canadien gagnait 25 $ par mois et contrairement aux voyageurs de 1ere classe ils n'avaient pas de cabines couchant à même le pont de marchandises ou dans des couchettes fixées à des étançons. Dans une salle à manger réservée aux officiers et aux passagers 1ère classe, on servait les repas. Le bateau faisait le voyage entre Whitehorse et Dawson City en 2 jours avec 1 arrêt pour ravitailler en bois. Mais dans le sens inverse, il fallait 4 à 5 jours avec jusqu'à 7 arrêts pour le bois. Il a été construit en 1929 à Whithorse pour transporter le minerai. Il fait naufrage en 1936 suite à un trou dans la coque. Reconstruit en 1937, il navigue jusqu'en 1955. Après cette visite, nous allons voir les aigles sur la Promenade mais ils restent trop haut dans le ciel pour les photos. Nous prenons la route du Klondike en direction de Skagway an Alaska. Elle se faufile entre les forêts de part et d'autre. Elles sont belles et en bonne santé. Derrière, les montagnes sont sans végétation mais pas très hautes. Le paysage est agréable. Le lac Emerald a des eaux d'une superbe couleur émeraude avec des reflets verts. C'est magnifique. Plus loin, nous nous arrêtons au "Désert de Carcross". Ce sont des dunes de sable où poussent quelques arbustes et des fleurs. Étonnant ce paysage dans cette région. Il s'agit du sable de la rivière amené par la fonte d'un glacier. Carcross est un petit village bien sympathique qui fait très western. La voie ferrée traverse le village. Quelques maisons typiques de la ruée vers l'or. On longe ensuite le lac Bennett qui a aussi de belles couleurs. La vallée devient plus étroite, mais le lac Tushi qui serpente au fond est immense et à de nombreux bras. Nous apercevons quelques chèvres de montagne mais elles restent haut dans les rochers. Un ours noir mange des baies rouges sur le bord de la route et notre arrêt n'interrompt pas sa cueillette. Nous voila à la douane canadienne au col de White. Personne ne nous demande nos passeports. La voie ferrée du train touristique qui relie Whitehorse à Skagway est en contrebas de la route. L'excursion en train doit être agréable car il passe tout au fond de la vallée. Des bras du lac Tushi serpente dans des amas de roches assez lunaire. Nous passons la douane américaine : seulement les passeports sont demandés. Nous voici à nouveau en Alaska et avançons nos montres de 1 heure. Nous allons au camping à Dyea à environ 10 km. La route surplombe la rivière ; elle est étroite et en travaux mais très belle. Nous couchons dans la forêt. L'automne arrive : les arbres ont des feuilles jaunies qui tombent. La Klondike Hway fait partie des plus belles routes empruntées.

30 Août : En quittant le camping nous admirons les aigles et balbuzards qui sèchent leurs plumes au bord de la rivière. Certains sont à la pêche. Nous allons faire une réservation pour le ferry qui nous amènera à Haines toujours en Alaska. Nous avons une place pour 13 h 45. En attendant, nous visitons Skagway. La grande rue est très animée. Les américains descendus de deux bateaux de croisière sont en masse dans les boutiques. Énormément de bijouteries avec de très belles pièces mais aucun prix affiché. Si l'on s'approche un peu, on est tout de suite pris en main par un vendeur qui est prêt à nous vendre tout le magasin ! Des magasins de souvenirs vendent du "made in china", d'autres d'authentiques œuvres d'art "made in Alaska". Une boutique expose des sculptures en cristal, ivoire ou métal de toute beauté. Le centre est agréable avec ces maisons du 19ème siècle et des calèches à cheval qui font des promenades. Nous retournons au camping car pour le déjeuner. Nous embarquons à l'heure. La traversée est rapide, il fait beau et accostons à Haines au fond d'un fjord avec un peu de pluie. Nous allons au Visitor Center mais il est déjà fermé. Nous allons dans un camping face à la baie, très tranquille.

31 Août - 1er Septembre : Il pleut pendant deux jours. Nous visitons le village, lessive, lecture, rangements.

2 Septembre : Nous quittons Haines avec le soleil. Sur la rivière Chilkat, nous trouvons deux "machines à pêcher" inspirées de celles utilisées par les indiens. Il s'agit d'une plateforme aux deux épuisettes qui plongent dans l'eau et en remontant laissent tomber les poissons, s'il y en a, dans un cône relié à un tonneau. La machine attachée sur le bord de la rivière fonctionne seule avec le courant. Nous passons à proximité de la réserve d'aigles chauves (pygargues à tête blanche) de Chilkat. Entre octobre et décembre, jusqu'à 3500 aigles se regroupent ici pour les saumons qui remontent tardivement la rivière en raison des sources chaudes. Nous ne verrons pas d'aigles bien qu'il y ai une colonie de résidents mais nous le avons vu au port de Haines. Nous passons la douane canadienne et déjeunons au col Chilkat à 1065 m. Belle vue sur les monts St Elias. Nous rejoignons Haines Junction et reprenons la direction de Whitehorse. Nous avons quitté l'Alaska et sommes dans le Yukon.Bivouac sur le parking du Walmart.

3 Septembre : Nous allons au Visitor Center pour avoir l'adresse d'un coiffeur. L'hôtesse très gentiment me trouve un rendez-vous dans un salon où une coiffeuse parle français. Ici à Whitehorse une grosse communauté française est installée. Nous cherchons ensuite à acheter un GPS, le cordon du notre a un fil coupé et ne fonctionne plus malgré les essais de réparation de Daniel. Nous le trouverons au Canadian Tire.

4 Septembre : Nous prenons l'Alaska Hway jusqu'à Junction 37. A la couleur des feuillus, on se rend compte que l'automne arrive. Nous longeons de beaux lacs. Nous nous arrêtons à Big Creek arpès 375 km.

5 Septembre : La Cassiar Hwy est une belle route mais qui traverse sur plusieurs kilomètres une forêt complètement morte et c'est assez déprimant. Puis la forêt redevient bien verte et touffue. Après le lac Dease, nous nous arrêtons à Jade City. C'est une carrière où l'on exploite le jade qui est traité sur place ou transformé en objets décoratifs, bijoux ou autres. Le matériel est impressionnant telle cette grande scie circulaire à eau qui coupe un bloc de plusieurs tonnes. La vallée devient plus étroite et nous passons un col à 1205 m. Nous nous arrêtons dans un camping avant Iskut car nos téléphones ne fonctionnent pas depuis deux jours et il faut absolument que nous puissions téléphoner. Manque de chance nous ne pouvons utiliser Skype en raison du peu de débit et la cabine à cartes est hors service.

6 Septembre : A Iskut nous cherchons une Wifi. Au supermarché, il y en a une mais il n'y a pas Skype et la responsable ne veut pas que nous utilisions notre ordinateur même en payant les 5 $ de connexion. Heureusement, un monsieur qui a compris notre problème nous demande de le suivre et nous arrête devant le portail du groupe électrogène alimentant le village en électricité. Nous avons internet et pouvons téléphoner. Merci encore à lui. Nous longeons encore plusieurs lacs, tous très beaux et immenses. En arrivant à Mezadin Junction, nous prenons la route pour Stewart. Plusieurs glaciers brillent dans le soleil. Nous faisons beaucoup de photos ainsi que de la rivière née d'un d'entre eux. Tout à coup, un ours noir traverse la route et longe le bord en notre direction. Nous nous arrêtons et il continue son chemin. Quelques belles photos. Nous arrivons à Steward, passons la frontière où il n'y a personne et sommes à nouveau en Alaska à Hyder. Nous devrions reculer notre montre d'une heure mais comme nous somme là que pour deux jours nous restons à l'heure du Canada. Notre estomac ne sait plus bien où il en est depuis quelques jours. Nous traversons Hyder et allons au Centre d'Observation des Ours payant (20 $ pour 2 personnes et pour 3 jours). Nous rencontrons un couple français Nadine et Jean Paul qui est parti pour un long voyage en Amérique du Nord et du Sud. Nous allons ensemble attendre les ours. Une passerelle surplombe la rivière où les saumons viennent frayer. Il y a aussi ceux qui sont déjà morts et l'odeur n'est pas des plus agréable. Des goélands se nourrissent des cadavres et de la laitance des poissons qu'ils arrivent à dégager des cailloux. Il y a beaucoup de monde qui attend avec les appareils photos prêts à mitrailler. Mais pas la moindre patte d'ours ne se montre. A 9 h 30, il fait presque nuit et nous décidons d'aller souper et dormir dans une clairière un peu plus loin.

7 Septembre : Nous retrouvons Nadine et Jean Paul à l'observatoire. Notre patience n'est pas récompensée. Pas un ours en vue. Nous allons au parking du port de plaisance qui donne sur le Canal Portland quand une mère ours noir et son ourson traversent la route devant nous. Ils venaient peut être de la rivière qui est en contrebas. Nous les voyons souvent là où on ne les attend pas .Il fait très beau, la marée monte et le paysage est complétement différent de celui d'hier. Nous décidons de déjeuner ensemble au bord de l'eau. Nous passons l'après midi à parler voyage. Très agréable journée car nous n'avons pas souvent l'occasion de rencontrer des français. Nos échanges sont tout à coup interrompus par un phoque qui devant nous vient se ravitailler en poisson. La photo donne un aperçu de la taille du poisson qu'il vient d'attraper. Vers 18 h, nous retournons voir si les ours veulent bien nous faire une visite, mais encore rien ce soir. Nous sommes déçus. Nous changeons de bivouac et allons près de la rivière.

8 Septembre : A 6 heures du matin, nous changeons de place car il pleut depuis plusieurs heures et nous avons peur de ne pas ressortir de la carrière. Nous nous installons sur le parking du centre d'observation. Nous ne verrons toujours pas les ours mangeant les saumons. C'est à croire qu'ils en ont trop mangé et qu'ils sont dégoutés. Nous quittons Hyder, repassons la frontière canadienne et nous arrêtons à Stewart car il y a une Wifi gratuite. La route du retour est moins ensoleillée qu'à l'aller mais la rivière est plus tumultueuse en raison de la pluie des dernières heures. Nous verrons les totems à Kitwancol, puis à Kitwanga. Nous nous arrêtons à Hazelton pour la nuit.

Suite page Colombie Britannique 1