Pirohé en Voyage
Pirohé en Voyage

Ontario

L'Ontario est la plus peuplée des provinces du Canada.Sa capitale est Toronto,qui est également la plus grande ville canadienne.Ottawa la capitale nationale se trouve également sur son territoire.La population de l'Ontario s'éleve en 2012 à 13.505.900 habitants, ce qui en fait la province la plus peuplée du Canada, sa superficie est de 1.076.395 km2, ce qui en fait la deuxième province après le Québec.

3 Juin : Nous avons couché au Québec mais nous prenons le bus pour l'Ontario. Nous ne trouvons pas l'arrêt du bus 33. Une voiture de police étant arrêtée au bord de la rue, nous lui demandons où il se trouve. Il ne sait pas mais nous demande où nous voulons aller et nous propose de nous y emmener. Nous arrivons donc à Ottawa dans une voiture de police. Nous discutons pendant le trajet. Il est déjà venu en France voir un ami qui travaillait comme lui pour les Nations Unies. C'est avec un grand merci que nous le quittons. Nous sommes sur la colline du Parlement. Il y a 3 bâtiments construits en 1866 dans le style néogothique avec des gargouilles, des oiseaux et des animaux sculptés, des façades en grès de couleurs variées. A l'époque de la construction, le Canada n'existe pas. C'est la province du Canada unissant le Bas Canada (le Québec) et le Haut Canada (l'Ontario). C'est la reine Victoria qui choisira Ottawa comme capitale en 1857. En 1867, la Confédération du Canada est créée et les bâtiments construits seront désignés siège du nouveau gouvernement. Les édifices abritent le Sénat, la Chambre des Communes, la Bibliothèque du Parlement, la Tour de la Paix. De grands jardins entourent le Parlement avec des statues en bronze. On a une très belle vue sur la rivière des Outaouais. Avec un guide, nous visitons la bibliothèque qui échappa à l'incendie du Parlement en 1916. Elle est magnifique avec des boiseries en pin blanc du Canada sculptées de fleurs, masques et créatures mythiques. Une statue en marbre blanc de la Reine Victoria jeune est placée au milieu de la rotonde. La Tour de la Paix commémore l'engagement du Canada pour la Paix. A l'intérieur, la Chapelle du Souvenir rend hommage aux canadiens morts dans les conflits armés auxquels participait le Canada. Il y a un carillon de 53 cloches entre 4.5 kg et 10090 kg. Nous assistons quelques instants à une séance du Sénat. Belle visite. Ensuite nous allons au Marché By. Des artisans vendent leurs productions : fruits, légumes, érable sous toutes les formes, bijoux, vêtements et autres babioles. Nous allons voir avec le bus le Rideau Fall. Sans intérêt. Après cette journée bien remplie, retour avec le bus à Gatineau.

4 Juin : Avant de prendre la route, nous allons dans une agence de voyage pour le retour de Danièle en France en juillet depuis Calgary.C'est pas simple de trouver une date, un prix et moins de 2 escales pour un vol sur Lyon. Pendant que la responsable cherche, nous faisons des courses et Danièle en profite pour aller chez le coiffeur. En revenant au camping car un couple de canadien nous aborde ; il voudrait des renseignements sur le transport du camping car car il envisage de venir en France. Nous échangeons nos mails et convenons de nous contacter en octobre lors de notre retour en France. Nous prenons la route pour Morrisburg car demain nous allons visiter Upper Canadien Village. Nous sommes en Ontario. Le paysage est assez plat ; des champs immenses sont plantés de céréales. Il y toujours des fermes et quelsques vaches dans les prés. Nous trouvons un parking dans une aire de détente au bord du St Laurent. De l'autre côté du fleuve, c'est les USA.

5 Juin : Nous sommes sur le site à 9h30 et visiterons jusqu'à 13h30. Il s'agit de la reconstruction d'un village du 19ème siècle. Les maisons existantes dans un périmètre de 80 km environ ont été démontées et remontées sur le site. Certaines sont l'exacte reproduction de ce qu'elles étaient autour de 1850/1860. D'autres ont vues leur utilisation modifiée. Le moulin fait sa farine que le boulanger utilisera pour faire son pain qui sera vendu à la boutique. On carde la laine des moutons qui paissent dans les prés. Elle sera utilisée par la filature pour faire des tapis et des couvertures. La scierie fait tourner une roue à aubes pour débiter de gros troncs d'arbres en fines planches. Un cheval entraine une roue qui actionne une scie qui coupe des troncs d'arbre. L'imprimeur conçoit son journal La Gazette et l'imprime. Le ferblantier crée les ustensiles qui servent à la maison et à la ferme. On trouve la maison du médecin, celle du pasteur, du fabricant de chaussures, de l'ébéniste, de la couturière, du forgeron, les pompiers, la taverne. Il y a aussi un hôtel, des demeures de gens aisés, des fermes et une église. Des guides en costumes d'époque expliquent les activités présentées. Intéressant et bien représentatif de l'époque. Nous partons pour Kingston en longeant le St Laurent. Dommage que la route s'en éloigne très souvent. La région parait plus riche. Nous nous arrêtons à Bath sur le parking derrière l'église. Il a fait très beau toute la journée.

6 Juin : Départ avec ciel gris mais la température est douce. Nous faisons des photos du Lac Ontario que nous suivons pendant quelques kilomètres puis rejoignons la HW 401 pour Toronto. 40 km avant la ville, la circulation s'intensifie ; l'autoroute passe à 3 puis 4 voies. La signalisation est très bien faite et avec le GPS nous n'avons pas de difficultés à changer de voies pour suivre de nouvelles directions. Mais c'est très impressionnant de ce trouver au milieu de ces flots de véhicules qui changent de files, rentrent et sortent. De chaque côté de notre autoroute, une autre autoroute avec deux ou trois voies desservent la ville. Toronto est immense et cosmopolite. Elle totalise environ 5.6 millions d'habitants. 25 % des Canadiens vivent à moins de 160 km de Toronto. C'est la 5ème ville d'Amérique du Nord. Nous ne faisons que passer ayant décidé de ne pas visiter en raison de son étendue et du temps nécessaire. Nous verrons au retour. Après avoir dépassé Toronto, nous nous arrêtons au MacDo pour la Wifi et pour la première fois nous leur achetons à manger. Les salles sont bien moins luxueuses qu'en France. La pluie commence à tomber et ne s’arrêtera plus de la journée. Il y a même de la brume. La circulation est toujours intense jusqu'à Niagara Halls. Nous passons la nuit sur le parking du Walmart.

7 Juin : Le temps est gris, il y a du crachin, de la brume et par moment de la pluie. Pas le meilleur temps pour visiter les chutes du Niagara ! Nous trouvons un parking pas trop loin du site, pas encore ouvert et donc gratuit. Nous partons à pied le long de la promenade longeant la rivière Niagara qui roule de grosses vagues avant les chutes. Elles sont entourées d'un nuage et nous d'une pluie battante. Sur le belvédère face aux chutes, tout est dans la brume et nous apercevons à peine les chutes côté canadien. Côté américain, c'est pas mieux. Nous remontons la promenade en espérant une éclaircie mais la pluie ne s'arrête pas. On ne voit même pas la Tour Skylon pas plus que le téléphérique. Nous entrons dans la boutique face au belvédère pour se mettre à l'abri un moment. Nous rencontrons deux étudiants français qui comme nous sont désolés de ce mauvais temps. Nous discutons un grand moment avec eux : l'un est en stage en Floride et fait le voyage avec son copain qui est de Toulouse. Pour passer le temps nous visitons la boutique. Je voudrais acheter une peluche mais elles sont toutes "made in china". Donc on verra plus tard. Nous ressortons et le temps s’éclaircit un peu. Nous refaisons des photos mais ce n'est pas terrible. Nous décidons de ne pas attendre car la météo donnée à l'info tourisme ce matin ne donnait pas d'amélioration du temps.

Nous reprenons le camping car et dejeunons sur une aire de ddétente le long du Niagara. Nous nous dirigeons ensuite vers le Canal Welland. Il relie le Lac Ontario au Lac Erié et permet aux gros bateaux de passer de l'un à l'autre pour le transport des marchandises en particulier les céréales. Nous sommes à l'écluse n°7  lorsqu'un bateau en sort. Nous nous précipitons à l'écluse suivante pour suivre les manoeuvres. Une passerelle permet de surplomber l'écluse et d'être au-dessus des bateaux. Nous verrons passer 3 bateaux à la suite. Le premier est un laquier qui transporte le blé en vrac. Sa cargaison peut produire du pain qui mis bout à bout relierait 2,5 fois la distance entre Halifax en Nouvelle Ecosse et Vancouver en Colombie Britannique. La vitesse avec laquelle l'écluse se vide et se remplie est impressionnante. .Elle fait 233.5 m de long sur 24.4 m de large. Il faut 1 heure pour écluser un bateau. La longueur maximale des bateaux est de 225 m. Le canal a une longeur de 42 km et les navires mettent en moyenne 11 heures pour le parcourir. La navigation s'arrête de décembre à mars en raison de la prise par les glaces des lacs. Nous passerons la nuit sur le parking. Les bateaux sont transitent même la nuit.

8 Juin : Aujourdh'ui, nous roulons. La nature a changé. Le sol est rocheux, peu de terre. Temps gris un peu de pluie. Bivouac à Webbwood. Nous avons parcouru 558 km.

9 Juin : Le ciel est bleu. Pourvu que cela dure. Nous reprenons la transcadienne. Entre Massey et Walfort nous croisons des familles mennonites se déplaçant en calèche à cheval. Ils sont tous habillés de noir : les hommes costumes et chapeau, les femmes robes longues et capeline attachée sous le menton. Cette communauté protestante est la descendance d'émigrants allemands, suisses ou des Pays Bas ayant fui leur pays en raison des persécutions dues à leur religion. Ils sont souvent fermiers et vivent comme au 19ème siècle. Ils vont tous dans la même direction et comme nous sommes dimanche nous pensons qu'il vont à l'office religieux. La s'approche de temps en temps du Lac Huron. On voit à l'infini sans savoir bien où est la limite de l'eau et du ciel. Les étendues sont sauvages mais la région de Sudbury regorge de richesses minérales : platine, cuivre, cobalt, argent, or et nickel qui sont exploités dans un gigantesque complexe à Sudbury. Vers 16 h, alors que nous sommes arrêtés au bord de la route pour des photos, 2 cyclistes français de Vendée s'arrêtent vers nous : ils font Vancouver - Halifax en vélo en 7 semaines. Chapeau il faut le faire. Vous pouvez suivre leur exploit sur leur site : transcanada2013.blogspot.fr. Ils ont une grosse faim car depuis ce matin ils n'ont pas trouvé pour acheter à manger car nous sommes dans le Lake Superior Park. Nous leur faisons un sandwich plus une banane et à boire. Nous discutons un peu puis il leur faut partir car il leur reste bien encore 15 km à 20 km avant de trouver un motel pour passer la nuit. Nous irons jusqu'à Wawa.

10 Juin : Le temps est gris ce matin et il pleut de temps en temps. Nous sommes toujours sur la transcanadienne mais nous nous sommes écartés du Lac Supérieur. La route est longue et nous allons aborder la partie la plus belle de la route qui rejoint le bord du lac. Ce serait dommage de la suivre sans le soleil. Nous décidons de nous arrêter dans un camping. Celui de Neys Lunch et Campground fera l'affaire. Il est dans la forêt et éloigné de la route pour le bruit. Il a une Wifi. Nous passerons une bonne nuit après avoir assisté au ballet des lièvres à la tombée de la nuit.

11 Juin : Journée au camping. Nous pensions pouvoir mettre le site à jour, mais le débit est trop faible et les photos ne passent pas. Nous mettrons seulement les textes. Le temps est mitigé mais les moustiques sont bien présents.

12 Juin : Nous partons avec le beau temps mais froid 4° ; 10 km plus loin c'est la pluie et le brouillard. Le soleil revient avec des passages nuageux. Tout à coup un orignal traverse la route, s'arrête sur le bas côté et s'enfuit dans les arbres. C'est très beau et très gros. Bien sur, nous avons pas eu le temps de le photographier. En fin de matinée, nous nous arrêtons à Ouimet Canyon Provincial Park. Il s'agit d'un spectaculaire canyon creusé durant la dernière ère glaciaire. On y accède par un sentier qui borde l'abime. Très beau mais les moustiques sont là et mangent avant nous. Après déjeuner, nous visitons Amethyst Mine. Ils s'agit d'une mine d'améthystes à ciel ouvert toujours en activité et prévue pour durer encore 70 ans. La visite sera libre pour nous car malgrè les 8 $ par personne il n'y a pas de guide parlant français. Nous regardons la faille où ils creusent et c'est tout. Un peu déçu. Nous allons ensuite gratter la terre avec les outils mis à disposition pour trouver des restes d'améthystes.  On gardera quelques belles pierres que l'on emporte moyennant 3 $ la livre. On ne s'attarde pas longtemps car nous sommes dans un nuage de mouches noires et de moustiques qui attaquent malgré les produits vaporisés sur les vêtements et sur nous. Nous continuons la route jusqu'à Thunder Bay. Nous faisons des courses au Walmart et couchons sur leur parking.

13 Juin : Nous allons au port de Thunder Bay et nous arrêtons à la marina pour faire des photo du Lac Supérieur. Les silos de céréales se dressent en bordure du lac à plusieurs endroits. Nous assistons au départ d'un train de marchandises : nous comptons 130 wagons derrière 2 locomotives. Un autre train à l'arrêt n'a que 80 wagons. Il s'agit soit de containers, soit de silos à grains avec l'emblème du blé dessiné. En quittant la ville nous trouvons une agence HSBC où nous retirons de l'argent. Direction les chutes de la Kakabeka. La rivière Kaministikwia arrive très calme sur de largeds dalles de schiste qui forment un escalier enserré dans une gorge étroite. L'eau tombe des chutes en bouillonnant et dans un rugissement. C'est impressionnant sous le soleil. Du belvédère on surplombe la gorge et une vue sur Thunder Bay. La route est rectiligne avec des forêts d'épinettes. Nous nous arrêtons sur un parking et faisons une promenade car tout près il y a une forêt. Beaucoup de papillons jaunes en groupe sur le sol et un magnifique brun rouge sur un feuillage. Nous profitons d'une rivière pour prendre de l'eau afin de nettoyer le pare brise qui est entièrement recouvert d'insectes écrasés. Un peu de mécanique pour refixer un des rétroviseurs, mais les moustiques sont voraces.

14 Juin : Le temps est beau. La route est droite. Tout à coup, j'aperçois un cerf qui mange au bord de la route. Daniel n'aura pas le temps de le voir. Un quart d'heure plus tard un autre cerf traverse la route et s'arrête sur le bas côté. Nous pouvons faire une belle photo avant qu'il disparaisse dans les herbes. Nous passons le centre longitudinal du Canada. Nous déjeunons au bord du Lake of the Woods. Ensuite nous changeons de province et sommes au Manitoba. La route est toujours aussi droite ; il n'y a plus de forêt de chaque côté. Nous nous arrêtons à l'info tourisme avant d'arrêter à Winnipeg. Après avoir cherché en vain une placer pour passer la nuit à St Boniface, nous allons sur le parking du Wallmart. Nous rencontrons un couple de Québécois qui vont en Alaska. La nuit est calme.

Suite page Monitoba