Pirohé en Voyage
Pirohé en Voyage

Ile de Vancouver

5 Octobre : Nous quittons Vancouver pour aller par le ferry sur l'Ile de Vancouver. Pour rejoindre le port nous traversons tout Vancouver et faisons quelques photos en roulant car très difficile de s'arrêter. Il n'y a pas de soleil mais le ciel est assez clair. Le bateau nous fait traverser en 1 h 40 de Horseshoe Bay à Nanaimo. Pas de photos car pas de coursive extérieure. Nous croisons quelques îles dans le Détroit de Georgie. En arrivant à Nanaimo nou faisons une visite de la ville mais rien de très intéressant à voir. Nous cherchobns ensuite un Walmart sur la route que nous emprunterons demain afin de savoir si on peut y passer la nuit. C'est possible donc nous nous installons et visitons la grande galerie marchande qui jouxte le supermarché. Nous chargeons les messages devant le MacDo.

6 Octobre : Grand soleil ce matin mais 9° et une grosse rosée. Nous allons aux 'Englishman River Falls". Ce sont les chutes de la rivière Englishman, les premières dans un canyon étroit et profond, les secondes plongent de plus de 30 m dans un cirque rocheux. Les deux sentiers traversent une forêt luxuriante de cèdres, tuyas, fougères. Des champignons de toutes formes et toutes couleurs jonchent le sol et les souches d'arbres. Après le repas, c'est la visite de "Cathédral Grove". Il s'agit d'une forêt pluviale, humide et sombre. Elle a été donnée à la province par la Compagnie Mac Millan Bloedel Paper. La promenade parmi ces gigantesques arbres centenaires est impressionnante. Ici les Douglas aux troncs droits s'élancent vers le ciel. Nombreux sont ceux qui ont plu de 60 m de haut et un spécimen vieux de 8 siècles atteint 76 m et 3 m de diamètre. Il est de l'époque de Christophe Collomb ! On trouve aussi des thuyas géants, des pins du Canada et au pied des grands fougères. De la mousse recouvre les trons et des lichens tombent des branches. Une grosse tempête en 1990 a fait de gros dégâts en abattant des arbres centenaires qui sont restés au sol et qui servent de départ à de nouveaux arbres. Des trous bien rectangulaires, dans les troncs, sont l'oeuvre des pics verts. Nous n'en verrons pas. Nous quittons cette splendide forêt mais contents de retrouver le soleil. Nous poursuivons jusqu'à Port Alberni où nous couchons quelques kilomètres plus loin  au camping Sproat Lake.

7 Octobre : Nous poursuivons jusqu'à Ucluelet. Il pleut. C'est dommage car la route serpente à travers forêts, vallées et lacs. On passe même un col pas très haut mais dans les nuages. Sur un tronçon très encaissé, la route est étroite et surtout les roches s'avancent au-dessus. Dans l'autre sens, il faut faire attention de ne pas serrer pour éviter de toucher la roche. Nous nous arrêtonsau Visitor Centre pour avoir la météo : demain il fait beau ! Nous visitons Ucluelet mais avec la pluie qui tombe drue c'est rapide. D'ailleurs il n'y a pas grand chose à voir et il n'y a personne dans les rues. Comme nous ne trouvons pas de possibilité pour passer la nuit nous décidons de retourner à 10 km sur l'aire où nous avons déjeuné à midi au bord du lac Kennedy. En route nous voyons une pancarte indiquant plage. Nous suivons donc la "Port Albion Road" qui s'arrêt à Hitatsoo, un village de pêcheurs indien. De l'autre côté du bras d'eau, un phare. La vue doit être belle sous le soleil.

8 Octobre : Le soleil est revenu mais la nuit a été fraiche : 4°. Nous rentrons dans le Parc National "Pacific Rim". Ce territoire comprend 3 secteurs géographiques :

1 - Le secteur de la Plage Long qui est inscrit dans la réserve de la Biosphère de la Baie Clayoquot de l'Unesco. C'est une zone de terre et de mer et la région la plus facile d'accès. On trouve de longues plages de sable ourlées par les vagues du Pacifique qui ont rejetées des troncs d'arbres blanchis, des algues ressemblant à de longs serpents et dont nous ne connaissons pas le nom. Nous sommes à marée basse et pouvons marcher longuement sur la plage où les oiseaux alignés les uns derrière les autres restent immobiles. Nous verrons un pygargue à tête blanche qui scrute le sol à la recherche d'un poisson imprudent prisonnier d'une plaque d'eau. Face à la plage, nous scrutons à la jumelle trois gros rochers qui sont souvent habités par des lions de mer. La marée continuant à descendre, nous pouvons nous approcher encore du bord et apercevons nettement les otaries ou lions de mer. Mais nous sommes encore trop loin pour les photos. Nous quittons la plage Combers par le sentier au milieu de la forêt. L'air vivifiant de l'océan nous a fait beaucoup de bien.

2 - Le second secteur est l'Archipel Broken Group qui n'est accessible qu'en bateau. Il s'agit d'un labyrinthe de chenaux, de baies, de plages, d'îles boisées ou nues et de rochers battus par le vent.

3 - Le sentier de la Côte Ouest est un parcours de 75 km réservé aux randonneurs pédestres chevronnés. Il servait autrefois de refuge pour les marins naufragés.


Nous poursuivons la route jusqu'à Tofino. Tout d'abord, très difficile de s'arrêter pour déjeuner. Nous n'apercevons même pas l'eau. Le village est quelconque sauf surement pour les surfeurs. Nous ne nous attardons pas et préférons nous arrêter à nouveau sur la plage Longue. Nous montons aussi à la Colline Radar qui permettait, du temps de la guerre froide, de surveiller les mouvements des navires russes. Panorama très limité avec la végétation qui a poussé. Comme il fait toujours très beau, nous reprenons la route vers Port Alberni pour parcourir la vallée sous le soleil. Et c'est vrai que le paysage est plus agréable. La Taylor River est moins fougueuse et grise. En redescendant le col, nous faisons halte sur un parking car les arbres ont des couleurs chatoyantes. Nous surplombons la rivière Sproat et dans un bras calme, nous apercevons des dizaines de saumons. L'eau est tellement claire que l'on peut compter les cailloux. Ce sera surement nos derniers saumons pour cette année. Nous passons la nuit sur le parking du Walmart à Port Alberni.

9 Octobre : Nous allons à Qualicum Beach prendre la route qui suit le bord de mer en direction du nord de l'île. Nous traversons des villages étalés le long de l'eau et de belles propriétés. Par hasard, nous nous arrêtons au port de Fanny Bay et surprise, sur des bidons flottants, une colonie d'environ 50 lions de mer se disputent les places tout en poussant des cris. Ils se bousculent, certains tombent à l'eau, plongent et remontent pour essayer de trouver une place. Nous faisons beaucoup de photos et je réalise pour la première fois une petite vidéo qu'il va faloir installer sur le site. Nous poursuivons jusqu'à Campbell River. Tout du long, nous rencontrons des îles desservies par des ferrys sauf les plus petites. Nuit sur le parlking d'un Wallmart.

10 Octobre : En quittant le parking, nous trouvons une dump station où l'on peut vidanger les eaux grises et noires, faire de l'eau potable et jeter la poubelle (GPS N 50.0307° et W 125.26226°). Après Sayward, la route quitte le bord de mer pour s'enfoncer dans l'intérieur; Nous longeons le lac Nimpkish, immense comme beaucoup de lacs dans ce pays. Nous avons programmé le GPS pour aller à Telegraph Cove car notre carte n'est pas très précise. Soudain, il nous fait prendre une route non goudronnée mais en bon état. Nous sommes yout de même surpris mais nous la continuons sur 18 km. En fait, il s'agit d'une route forestière. Nous débouchons sur la vraie route quelques kilomètres avant Telegraph Cove. Un train chargé de tronc d'arbres attend sur la voie ferrée. Plus loin, une immense scierie traite le bois déchargé par les camions. Des troncs en attente flottent dans la baie abritée. Nous traversons le village minuscule et arrivons au camping. La route finie ici. Nous nous installons sur une place avec eau, électricité et vidange. Nous sommes 4 occupants et l'office est fermé. Une personne passe surement le soir pour encaisser le réglement. En attendant, nous partons visiter. Difficile d'approcher le bord de l'eau derrière le camping, la route est privée et les maisons construites sont récentes. Un petit port avec des pontons et des bacs pour nettoyer le poisson est désert. Pendant la saison, il doit être très animé. Le coeur du village est typique : les maisons sont sur pilotis et très colorées avec des promenades en bois. Tout est fermé. Nous rencontrons une personne qui nous le confirme. Pas un bruit à part le clapot de l'eau. C'est reposant et en même temps un peu triste. Il a fait une très belle journée avec un peu de vent. Nous retournons au camping car et avons même une wifi payante. Personne ne passe pour faire payer. La nuit sera calme et fraiche.

11 Octobre : Nous quittons ce bout du monde dans la matinée. Cette fois, nous prenons la route goudronnée avant de rejoindre la route 19. Le temps est moins ensoleillé qu'hier. Nous suivons à nouveau le bord de mer. Nous allons jusqu'à Sayward pour trouver un endroit pour déjeuner. C'est un joli village et dans la baie on fait flotter le bois. Du côté terre, les troncs sont descendus dans l'eau et de minuscules bateaux très maniables poussent les arbres pour les ranger les uns à côté des autres. Pendant tout le repas, nous pourrons admirer l'organisation du travail. A Campbell River, nous apercevons 4 biches en train de brouter de l'herbe bien verte en bordure de la route. C'est incroyable ; elles sont en pleine ville. Nous nous arrêtons à Fanny Bay pour acheter des huitres. Elles sont vendues en boite,  décoquillées dans de l'eau. Nous retournons aussi au port pour voir si les lions de mer sont encore là. Ils sont toujours présents mais moins turbulents ; c'est surement l'heure de la sieste. Nous rencontrons encore 4 biches à Qualicum Beach broutant sur le bas côté face à la baie. Nous passons la nuit sur le parking du Walmart à Nanaimo.

12 Octobre : Nous sortons de la route 19 car un panneau indique une dump station. En réalité, c'est un car wash qui fait les deux. Nous en profitons pour laver le camping car qui en a bien besoin. Mais nous oublions de prendre les coordonnées ; c'est entre Nanaimo et Chemainus. Nous visitons les murs peints de Chemainus en suivant les pas jaunes peints sur les trottoirs. Ce village de bucherons a lancé un vaste programme de restauration des bâtiments pour résister au déclin de l'industrie du bois vers 1980. L'idée de peindre l'histoire du village sur les murs a été lancée et réalisée par des artistes nord américains. Il y a une quarantaine de murs peints dont certains sont très beaux. En revenant au camping car, nous entendons une sonnerie qui vient de l'intérieur. C'est l'alarme du frigo. Il ne fait plus de froid. Daniel sort la caisse à outils : le cache protégeant la plaque électronique est tombée et de l'eau a dû gicler dessus lors du lavage du camping car. Après une bonne heure, tout rentre dans l'ordre et nous pouvons enfin déjeuner. Nous allons jusqu'au Walmart qui est à 3 km du centre de Victoria pour savoir si nous pouvons y coucher ce soir car nous en doutons. Bien nous en a pris car il est situé dans un centre commercial et le parking est en sous-sol. Il y en a un autre sur Langford qui est autorisé. Comme l'après midi est déjà bien avancée, nous ne voulons pas retourner à Victoria. Nous faisons les provisions nécessaires jusqu'à notre retour en France. Une visite au Canadian Tire pour acheter un produit enlevant le goudron récolté sur le camping car lors du passage sur les routes nouvellemnt revêtues. Encore une belle journée ensoleillée.

13 Octobre : Nous quittons Longfort de bonne heure car le dimanche le stationnement est gratuit dans Victoria et nous espérons trouver une place dans le centre. Après quelques rues sans possibilité, nous trouvons une place. Il y a déjà beaucoup de monde dans les rues car le marathon annuel est en train de se dérouler. Des participants arborent des médailles, des couvertures en plastique et l'air épuisé. Nous allons d'abord chez Munro's Book au 1108 Governement Street, librairie qui vend des livres en français. Le rayon est limité mais nous trouvons quelques ouvrages pour terminer le voyage. Nous parcourons la rue principale avec de belles boutiques jusqu'au port où se trouve l'arrivée de la course. Il fait un temps ensoleillé et chaud ; nous flanons sur le port. Nous reprenons le camping car et nous arrêtons à Beacon Hill Park où nous déjeunons sous les arbres en compagnie des écureuils. Comme dans beaucoup de villes, il y a de grands espaces verts destinés à la détente, aux marcheurs, aux cyclistes et dans ce parc un petit zoo pour les enfants. Nous désirons faire la promenade panoramique du bord de mer qui contourne tout Victoria avec des vues sur le détroit Juan de Fuca. Mais en raison du marathon, l'accès est interdit jusqu'à 15 h. En attendant et après nous être perdu plusieurs fois, nous rejoignons une route qui longe la mer. Impossible d'accéder à l'eau car c'est un quartier résidentiel et toutes les voies sont privées. Dans un autre parc, un belvédère dévoile une vue à 360° sur la mer, les îles et la ville. Très beau. Comme il est plus de 15 h, nous prenons la "Scenic Marine Drive" qui est maintenant autorisée. La route suit la côte très déchiquetée et on peut apprécier des belles vues depuis les nombreux parkings. Nous traversons encore un quartier résidentiel avec de superbes propriétés. Depuis ce matin, nous cherchons des toilettes publiques pour vider notre cassette d'eaux noires. Nous trouvons un cimetière qui posséde un petit bâtiment à cet usage. Il est sur Dallas Road (GPS N 48,40930° et W 123,34462°). Nous voici rassuré, sinon il fallait aller au camping ! Nous poursuivons notre circuit ; nous apercevons une otarie à quelques mètres du rivage. Nous repassons dans Victoria pour faire les photos impossibles ce matin en raison de la manifestations sportive, puis retournons au parking de Longfort.

14 Octobre : Nous quittons l'île de Vancouver aujourd'hui par le ferry de 11 h mais lorsque nous arrivons au port il y a celui de 10 h qui prend encore des passagers. Le bateau se faufile entre des îles souvent très proches. Nous verrons le personnel prêt à jeter les ancres dans les passages les plus difficiles. Le bateau pris à l'aller n'avait pas de coursive extérieure donc impossible de faire des photos. Celui-ci en a une, mais nous n'avons pas l'appareil photo ! Dommage. Nous retournons au camping "Peach Arch RV Park" à Surrey où nous resterons jusqu'à notre départ pour la France le 19 Octobre.

A partir de demain, c'est lessive, nettoyage, rangement afin de laisser Pirohe tout propre "au storage" du camping. En effet, contrairement à ce que nous avions prévu, ce camping à 6 km de la frontière américaine fait le gardiennage et cela nous évite de prendre une chambre vers l'aéroport que nous pourrons rejoindre en taxi.

Suite du voyage en mai 2014, page Amérique du Nord